Qu’est ce que l’Aromathérapie ?

Présentation de l’Aromathérapie :

L’Aromathérapie est l’utilisation de composés aromatique extrait de plante, les huiles essentielles à des fins médicales. Le terme  vient du latin « aroma », arôma » = arôme  « therapeia » =  soin, cure. L’aromathérapie est l’art de soigner par les huiles essentielles. On utilise les HE pour renforcer le processus naturel d’autoguérison. C’est une méthode naturelle qui repose sur l’activité des molécules biochimiques des HE chémotypées.

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

Une huile essentielle est un extrait liquide concentré obtenu par distillation par entraînement à la vapeur d’eau de plantes aromatiques ou d’organe de cette plante (fleur, feuille, bois, racine, écorce, fruit,…). Une HE est donc l’essence distillée de la plante aromatique. Elle est composée d’une centaine de molécules terpéniques et aromatiques, particulièrement actives et originales pour la santé au quotidien.

Qu’est-ce qu’une essence ?

Une essence, est une huile obtenue par une méthode plus simple : l’expression. Elle consiste à briser mécaniquement les “poches à essence” des zestes frais d’agrumes pour en recueillir les essences. Cette technique n’est valable que pour les zestes de citron, mandarine, orange, bergamote, lime, pamplemousse,…

D’où viennent les huiles essentielles ?

En biologie végétale, les composés produits par les plantes sont subdivisés en deux groupes de molécules : les métabolites primaires et les métabolites secondaires.

  • Les molécules du premier groupe se trouvent dans toutes les cellules végétales, elles sont primaires car nécessaires à la vie de la plante: sucre, lipides, protéines, acides aminés
  • Par contre, les molécules du deuxième groupe n’ont qu’une répartition limitée dans la plante et ne font pas partie des matériaux de base de la cellule. Ces composés ne se trouvent normalement que dans des tissus ou organes particuliers à des stades précis du développement. Ils sont secondaires parce qu’ils ne semblent pas être essentiels à la croissance végétale, mais leur action est déterminante pour l’adaptation de la plante au milieu naturel : agents protecteurs contre le stress physiques, défense contre les agressions extérieures, pigmentation de la plante pour capter l’énergie solaire ou à l’opposé protégé l’organisme contre les effets nocifs induits par les radiations solaire…

Il existe trois classes principales de métabolites secondaires :

  • Les alcaloïdes comme la morphine, la caféine, la nicotine, la cocaïne, l’atropine
  • Les terpènes, c’est la plus grande catégorie de métabolites secondaires avec plus de 22 000 molécules. Elle contient les hormones végétales, les pigments, les stérols, les hétérosides et une grande partie d’huiles essentielles.
  • Les substances phénoliques ‘Composés aromatiques’ comme les flavonoïdes, les tanins, la lignine, les coumarines.

Les huiles essentielles et les essences sont donc des métabolites secondaires appartenant principalement à la classe des terpènes mais aussi à la classe des composés aromatiques. Actuellement, on connaît environ 3000 HE dont environ 350 sont commercialement importantes et destinées principalement à l’industrie pharmaceutique, à l’aromathérapie, à la cosmétique et à la parfumerie.

Les fonctions biologiques des HE sont multiples :

  • Ecologique pour la plante et son environnement grâce à son action contre les herbivores
  • Pollinisateurs en attirant les insectes non-néfastes
  • Insecticides pour refouler le danger
  • Thérapeutique pour la santé et le bien-être des humains et d’animaux. Elles sont en particulier appréciées pour leurs propriétés antibactériennes, antifongiques, antivirales et antiparasitaires, pour leurs propriétés anti-inflammatoires contre les affections musculaires et tendineuses et pour leurs propriétés sédatives ou toniques contre les troubles liés au dysfonctionnement du système nerveux.

Leur utilisation dans le domaine cosmétique est très vaste, le domaine agro-alimentaire s’intéresse de plus en plus aux huiles essentielles pour la conservation des aliments et la médecine vétérinaire ‘tire profit’ des HE pour aider les animaux qui sont souvent soumis à des conditions d’élevage qui les rend de plus en plus susceptibles aux infections.

source : Auteur mon aromatherapie


Attention danger 

N’oublions pas que les HE représentent un concentré des principes actifs des plantes et qu’à ce titre, il convient de les utiliser en toute connaissance de cause. C’est pourquoi une première règle de prudence s’impose : dans le doute, mieux vaut les utiliser diluée

Il est important de consulter un médecin avant de commencer l’aromathérapie, car elle compte de nombreux effets secondaires et compte certains risques graves pour la santé. En voici quelques-unsLes huiles essentielles, sont notamment déconseillées aux femmes enceintes en raison des risques qu’elles font encourir au foetus. Des malformations cardiaques, par exemple, ont été constatées après utilisation d’huiles essentielles de sauge officinale.

Les huiles essentielles riches en cétones – composés très actifs, mais fortement toxiques pour le système nerveux peuvent déclencher des crises d’épilepsie.
Elles sont également contre-indiquées pour les bébés et les enfants.
Si vous avez des antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein, les huiles essentielles qui ont des effets comparables à ceux des hormones féminines sont contre-indiquées. Parmi celles-ci, les huiles essentielles de sauge officinale, de sauge sclarée, de houblon et d’anis étoilé.
Si vous avez eu une réaction allergique à une huile essentielle donnée, cessez toute utilisation.
Plusieurs huiles essentielles contre-indiquées par voie cutanée, car elles sont allergisantes, irritantes ou photosensibilisantes. D’autres sont à proscrire par voie interne en raison de leur toxicité.

Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter en premier lieu un médecin pour établir un diagnostic. Vous pouvez également vous faire accompagner par un thérapeute naturopathe.   

L’équipe Floral’Essence.

Partagez !

Click Here to Leave a Comment Below